Je ne m'attendais pas à autant de messages de sympathie pour l'ouverture de ce blog ! Va falloir assurer maintenant !

 

Ah, avant que je n'oublie : le "close up" de la dernière fois s'appelle Oscar. Il doit avoir dans les deux ans maintenant (petit chat trouvé dans la neige un soir de janvier), et est encore très remuant. Quoique le "close up" puisse faire de temps en temps la démonstration contraire : complètement out le miron ! 

 

 

Et j'ai encore de la chance, là, parce que d'habitude, closeup-Oscar s'étire, s'étend, se couche, que dis-je se vautre sur la feuille entière ! Et mord ou pédale dur des pattes arrière si j'essaye de pousser un peu le monstre poilu pour voir ce qu'il y a dessous : ma grille (qui comporte les mêmes erreurs que celle de Feitelson, mais je corrige en tricotant).

 

Malgré ces luttes sauvages entre nous, lui pour s'approprier mon bien et moi pour le récupérer, les tricots ont un peu avancé : Cairistìona est fini après quelques angoisses, car j'ai bien cru que j'allais manquer de fil !

 

 

Je ne connaissais pas la Mirage de Bergère de France, un vieux fil qui date de … (chi lo sa ? ), qui associe mohair, laine, polyester et acrylique, et je n'avais pas non plus de vieux-très-vieux catalogue BdF pour m'appuyer dessus en terme de quantités requises. Le pull fini pèse moins de 250 g… et je n'avais que 250g !

 

Le petit Féroé inspiré d'un modèle de Knitting in the Old way a démarré : en Phil'laine bleu roi (51% de laine) et Oxygène bleu clair (25 % de laine) traitée "antibactérien"… Après les savons divers, solides ou liquides, et les produits pour la vaisselle, on aura tout vu, surtout quand la vendeuse vous explique le plus sérieusement du monde qu'elle (la laine, pas la vendeuse) est traitée antiallergique ! Bon… J'espère qu'il ne va pas trop faire marin breton ce pull avec ses rayures, sinon, c'est loupé ! J'avais prévu un autre motif au départ, mais malgré mes essais, je n'ai pas été conquise. Donc je suis revenue à la version du modèle présenté :

 

 

Je vais le faire "à la norvégienne", car j'ignore complètement comment on tricote dans ces îles danoises : corps tricoté en rond dans lequel on fera des trous pour les manches, et manches en rond qu'on coudra ensuite avec le petit rabat pour cacher les traces de découpage. Ce que j'apprécie surtout dans cette technique, c'est de pouvoir commencer par les manches sans faire d'échantillon au préalable en me basant uniquement sur les indications données par le fabricant ; je fais de même d'ailleurs quand je tricote à plat, sur deux aiguilles, et je sais que je ne suis pas la seule à procéder ainsi ! Cela permet de gagner du temps, et on peut toujours ajuster la pente si la largeur manque ou au contraire est plus importante que prévu ; et comme on le sait dès 10 cm de hauteur, cela ne pose aucun problème.

 

Et enfin, Vaila avec en passant un petit clin d'œil à Christine qui réalise un superbe Cats&Mice :

 

 

Le motif est typique des tricots Fair Isle (motifs "OXO" : une croix, un motif rond pour simplifier), et ici il s'agit d'un motif en continu (je n'ai pas trouvé de meilleure traduction de "allover"). Ann Feitelson a dessiné son patron d'après un modèle ancien datant des années 1918 et réalisé dans les couleurs traditionnelles de l'époque (voir ci-dessous) ; toujours d'après elle, ce pull est conservé au Royal Museum d'Edimbourg, un des musées nationaux écossais.

 

Les couleurs traditionnelles des Fair Isle

 

Les jacquards Fair Isle apparaissent dans les années 1850, et comme tout jacquard, il faut des couleurs ! Les couleurs typiques des premiers Fair Isle semblent avoir été le blanc naturel, et des teintes obtenues par l'utilisation de colorants d'origine végétale, soit locaux pour le brun-rouge, le noir, le rouge et le jaune, soit d'importation : colorants "madder" (garance en français), un beau rouge-orangé sombre, indigo (bleu sombre) et "logwood" (bois de campêche, bleu-violet-noir). Les motifs jaunes et blancs se détachent sur des bandes horizontales rouges, indigo, noires ou marron.

 

 

Puis les colorants synthétiques arrivent, permettant plus de mélanges dans les motifs, mais dans les années 30, la fantaisie laisse la place à l'élégance : le fond devient  beige ou gris et les motifs sont jaunes, rouges, vert, bleus, marrons et roux. Le dégradé des couleurs pour le fond apparaît après la deuxième guerre mondiale, simultanément avec la mode des vagues (waves) et des petits losanges imbriqués (peaks) en dégradés subtils. Dans les années 70, on constate un regain d'intérêt pour les couleurs des premiers Fair Isle, puis les designers modernes exploitent tous les motifs et tous les coloris possibles.

 

L'indigo est extrait de l'indigotier indien, et supplante dès la deuxième moitié du XVIème siècle le pastel, l'"indigo médiéval", pour des raisons de coût. Il est fabriqué par synthèse chimique dès 1880 mais aussi par génie génétique aujourd'hui.

 

 

L'alizarine, synthétisée également par voie chimique depuis  1868, est le principe actif de la garance ; la molécule contient des atomes de carbone (en gris), d'oxygène (en rouge) et d'hydrogène (en blanc).

 

 

Brèves

 

* J'ai reçu un curieux mail d'eBay.com en anglais, avec un message abscons me demandant de confirmer mon identité (et mon numéro de carte bancaire bien sûr) sous peine d'être rayée des membres dans les 48 heures ! Et pourquoi donc ma banque qui est en bas de chez moi aurait contacté eBay aux US en plus, et pour leur demander je ne sais quoi d'ailleurs, au lieu de me passer un coup de fil ? Je me mets à chercher sur eBay des informations, car je me doute qu'il s'agit d'un faux. Avec logo, charte graphique respectée et tout ce qu'il faut pour que l'œil n'y voit que du feu ! J'ai trouvé beaucoup d'informations sur leur page sécurité, que je n'avais jamais lue, shame on me. J'ai averti eBay et changé immédiatement mon mot de passe, même si la consultation de mon compte eBay ne montre rien de particulier ! Ouf !

 

* Nouvelle rubrique "univers des chats" dans les liens, avec une vidéo décoiffante qu'une amie m'a envoyée il y a quelque temps.

 

Je reviens dans quelques jours, avec un petit concours,

 

Christine

 

Coming next : choix de couleurs pour un Fair Isle (ou autocritique de mon choix)