Coucou, me revoilà !

copie_de_copie_de_coucou_10_041

Une petite défaillance du côté de mon Mac m'a obligée a me tenir coite ces derniers temps. La même défaillance qu'en janvier d'ailleurs, et pas vraiment petite puisqu'il s'agissait encore du bloc d'alimentation : la pièce changée à grand renforts d'euros en début d'année est morte discrètement, tellement discrètement qu'elle l'a fait 3 jours après la fin de la garantie ! On ne rit pas, SVP, ou alors jaune.

Des couleurs et du dessin

Pour répondre à Annabel qui s'interroge sur le logiciel que j'utilise pour mes dessins, il s'agit d'Illustrator. J'ai en effet un PC avec toute la bureautique et dont je me sers aussi pour Internet, et un Mac avec Office aussi, mais surtout trois logiciels professionnels pour la PAO : XPress, Illustrator et Photoshop, que j'utilise pour tout travail de pré-presse destiné à l'imprimerie. Je réalise mes schémas dans Illustrator, puis les ouvre dans Photoshop pour les enregistrer en jpeg, mais j'aurais pu aussi les enregistrer en pdf. J'en profite d'ailleurs pour vous donner une page intéressante (mais il y en a d'autres sur le web) où il y a un tableau d'équivalence pour les couleurs des codes HTLM (Safety palette) et leurs composantes RGB/RVB (Red Green Blue/Rouge Vert Bleu), pour celles qui voudraient coloriser leurs dessins en accord avec leur palette choisie pour leur pages personnelles ou leur blog. Je m'en étais servie la dernière fois, mais j'avais bêtement enregistré mes schémas en EPS (format PostScript) et en quadrichromie (l'habitude !), ce qui fait que les couleurs affichées étaient légèrement différentes de celles que j'ai choisies pour mon blog.

copie_de_rgb_pngcopie__2__de_quadri

Pour terminer sur ce jargon, le système RVB est le modèle chromatique additif qu'utilise tout appareil qui affiche (écran de TV, moniteur, scanner, appareil photo numérique) et le système qudrichromique ou CMYK/CMJN (Cyane Magenta Yellow Key -pour Black-/Cyan Magenta Jaune Noir) est un modèle chromatique soustractif qu'utilise en particulier l'imprimerie, qu'elle soit de bureau ou offset (en fait, le noir s'obtient avec les trois couleurs CMJ, mais n'est pas assez dense, c'est pourquoi on rajoute du Noir comme quatrième encre).

Tricots finis

Le châle et Cats&mice sont en cours de finition, mais on en parlera la prochaine fois. Eté s'est terminé assez vite :

coton et acrylique, détail des coutures invisibles, 18 mois
ete_01_05_05ete_d_tail

et s'est adjoint un petit copain, Coup de soleil :

pur coton, 2 ans
coup_de_soleilp1010049

J'ai pratiqué la méthode Mireille : fouille des fonds de tiroirs pour en extirper des "restes", soit deux boules de Clarté 323 de Phildar, et du coton rouge et mastic. Quand on a fini le pull, il reste encore de l'écru, du beige, le rouge, on ne le compte pas, pour 3 mètres... Alors on remballe l'écru et le beige, et on va être encore obligé de "compléter" avec autre chose. On ne s'en sort jamais ! L'idéal, c'est de jeter les restes des restes une fois recyclés. Mais "on va pas jeter, ça peut toujours servir" comme dit Mireille ! Donc on va encore faire un petit pull avec les restes des restes des restes... J'ai quand-même jeté le rouge, j'avoue. Shame on me !

DES YO-YO(S) PARTOUT

Merci à tout le monde pour tous vos commentaires, tous plus gentils les uns que les autres. Je suis ravie si j'ai pu rendre un (petit) service, mais je redoute le moment où l'une d'entre vous s'apercevra d'une erreur, car je ne suis pas spécialiste dans ce domaine, et j'ai toujours peur qu'un truc faux se glisse dans ma prose... En attendant d'éventuelles corrections que vous me suggèrerez, voici la suite comme promis. On y va ?

ch_le_description2Résumé du dernier épisode (plus de détails ici)

On s'intéresse aux châles construits en partant du cou, et qui comportent deux panneaux latéraux identiques et bordés d'une augmentation de chaque côté (4 par rang). Cette façon de tricoter permet de décider de la hauteur que l'on veut, d'utiliser d'autres points en bande et de terminer par une bordure tricotée à l'horizontale.

Les points dentelle en quinconce (en losange) sont les mieux adaptés à la construction de ce type de châle, car ils permettent de démarrer régulièrement et de la même façon un nouveau motif au bout d'un certain nombre de rangs. La dernière fois, on a vu les motifs dont le tour dessine un losange : ce sont les motifs imbriqués (dénomination personnelle), mais on n'a vu que les motifs parfaitement imbriqués, c'est-à-dire avec h = 2 n (h étant le nombre de rangs du motif et n son nombre de mailles). Dans ce cas-là, la grille à répéter comportera n rangs, soit h/2 (ce qui est normal : un nouveau motif commence à mi-hauteur de son voisin puisqu'ils sont en quiconce parfait).

Il reste à envisager les motifs imbriqués mais non parfaitement, et les motifs non imbriqués, au centre du fameux losange. On verra les motifs imbriqués non parfaitement la prochaine fois, car la totalité est vraiment trop longue pour un seul post.

Motifs non imbriqués

Ils sont en quiconce aussi, mais le losange qui les entoure ne fait pas partie du dessin du motif. Alors que les motifs ajourés sont bien séparés les uns des autres, les losanges "invisibles" qui les entourent sont eux imbriqués, et la même règle du h = 2 n s'applique pour que l'on retrouve le cas le plus simple à gérer. Voici quelques exemples :

fleurettes, n = 10 et h = 20
paq_pente_avec_losanges_l_ger

On voit bien les losanges qui entourent les motifs ajourés, et par règle géométrique, la largeur du losange en nombre de mailles et sa hauteur en nombre de rangs sont identiques à celles de la grille qui caractérise le motif (n mailles et h rangs). Ici, on a bien h = 2 n, les losanges sont parfaitement imbriqués et le bord des motifs bien alignés sur la même pente (en rose), la future bordure droite des panneaux latéraux du châle. La symétrie du point fait que les feuilles situées à gauche de la fleur sont également parfaitement alignées sur la future bordure gauche de ces mêmes panneaux latéraux.

fleur_pente_l_ger1losanges_pente_l_ger

Deux cas "ratés" : au premier coup d'oeil, celui de gauche donne l'impression d'un bel alignement des motifs. et c'est vrai, ce sont les centres des motifs qui sont sur la même ligne. Mais les bords des motifs, ce qui nous intéresse, non, comme le montre la pente en rose : n = 12 et h = 12, donc il "manque" 12 rangs par motif pour retomber dans le cas de figure précédent. Celui de droite est identique : les centres sont alignés, mais les bords pas du tout, avec n = 20 et h = 24 (il "manque" 2 x 20 - 24 soit 16 rangs par motif pour avoir le cas idéal). Dans ces deux cas, si l'on ne modifie rien au motif, c'est-à-dire à n ou h pour que h = 2 n, les augmentations réulières de 1 m tous les deux rangs sur les bords ne permettront pas de démarrer de la même façon un nouveau motif tous les h/2 rangs, il faudra beaucoup plus de rangs.

Quand les motifs de ce genre ont h = 2 n, la construction du châle est assez simple, il faut juste déterminer la distance du bord à laquelle on placera le motif.

pâquerettes, n = 12 et h = 24
paq_pente_l_ger

On a bien h = 2 n, et les motifs sont parfaitement alignés sur la pente comme on peut le voir sur la grille suivante (dessinée ici avec n = 14 et h = 28 - NB : 3 m ensemble signifie simplement qu'il y a suppression de 2 mailles) :

p_querettes_14_28_

On peut soit décider de faire coincider les jetés de la bordure du châle ou de son centre avec les feuilles de la pâquerette (première grille), soit bien séparer la pâquerette des jetés de la bordure, en la mettant à une maille du bord (à droite sur la deuxième grille) ou à deux mailles du bord (à gauche sur la deuxième grille) :

pointe_paquerette_un1
pointe_paquerette_deux

Dans le premier cas, les feuilles sont dans la ligne de jetés de la bordure ou du centre du châle : on doit donc supprimer de chaque côté des panneaux latéraux du châle les surjets simples des feuilles à droite et les 2 m ensemble des feuilles à gauche, pour que les jetés correspondants soient bien des augmentations pour le châle. On ne modifie donc que la moitié du motif qui se situe en bordure du panneau latéral.

Dans les deuxième et troisième cas, on se contente de faire les jetés et de laisser le motif pâquerette dans son intégralité, puisqu'il est bien séparé de la bordure et de ses jetés ; on commencera la pâquerette deux rangs plus haut dans le troisième cas, c'est tout. Visuellement, c'est sans doute la troisième possibilité qui est la plus agréable à l'oeil.

Ce  motif a d'ailleurs été utilisé par Marine, qui a créé un modèle de châle qu'elle a aimablement mis à disposition des tricoteuses ici.

Quand h n'est pas égal à 2 n : pour ce genre de petits motifs centrés, je pense que le plus simple est de modifier n ou h de façon à obtenir h = 2 n. On aura le choix entre diminuer n (ce qui rapproche horizontalement les motifs) ou augmenter h (ce qui les éloigne verticalement). Les deux schémas ci-dessous représentent les rangs endroit et envers.

diminuer n
moins_deux_m5

Sur le dessin de gauche, on devine intuitivement que pour aligner les motifs sur la pente, il faut les "pousser" sur la gauche, donc réduire n. On diminuera n par multiple de 2 mailles pour garder l'aspect en quinconce : les deux mailles qui vont être supprimées sont représentées en jaune, et on obtient à la fin pour h = 12, n = 6, soit h = 2 n. NB : toujours intuitivement, pour aligner les motifs sur la pente on peut aussi les "remonter", c'est-à-dire que l'on aurait pu décider d'augmenter h pour que sa valeur soit de 16 : on aurait eu n = 8 et h = 16, h égale bien 2 n mais les motifs auraient été beaucoup plus espacés.

augmenter h
plus_deux_rangs1

Là aussi, pour garder l'aspect en quinconce, il faut augmenter h d'un multiple de 2 rangs : dans le schéma ci-dessus, h passe de 10 à 12 (deux rangs en jaune), et on a bien h = 2 n.

C'est ce que j'ai fait avec Palmette, dont le motif/grille était défini par n = 14 et h = 24 : j'ai rajouté 4 rangs pour avoir h = 28, soit deux rangs au-dessus de chaque motif en quinconce. Les démarrages de motif en bordure de châle sont identiques au démarrage du premier motif tous les h/2 rangs, soit tous les 14 rangs.

Pour ces motifs séparés, lorsqu'on modifie si nécessaire la grille pour que h = 2 n, on retombe dans le cas des motifs parfaitement imbriqués décrits sur le post précédent, c'est-à-dire que la grille à répéter comportera h/2 soit n rangs. Ceci signifie que lorsque l'on redessine sa grille pour créer son propre modèle, il suffit de remplir n rangs avec :

  • un motif en bordure et du côté du centre, éventuellement "retouchés" si l'on doit équilibrer augmentations et diminutions,

  • et un motif de n mailles entre ces deux motifs à répéter tout au long du rang.

Voilà pour aujourd'hui, la suite est prête et je vous donne rendez-vous vers la fin de la semaine.

Et voici un petit cadeau spécial pour Monique à qui Oscar manque !

oscarou

A bientôt, vale,

Christine