... tant pis pour vous.

Parce que eux, ils nous aiment ainsi que nos passions :
cht1

ceinAvant de vous prouver qu'il existe un lien très fort entre le chat et le tricot, je tiens à préciser, suite à mon dernier post, qu'intelligence et tricot sont vraisemblablement interdépendants.

Il est probable qu'être hautement intelligent permet d'appréhender la technique pointue de cet art et conduit les génies du neurone à devenir des génies de la maille, mais les dernières données scientifiques semblent démontrer que la pratique des aiguilles influence le QI : contrairement au petit Wolfgang Amadeus qui dès ses 3 ans a démontré un talent inouï pour la musique, Albert n'a en effet pas découvert à 3 ans que E était égal à mC². Il lui a fallu pour cela 26 années, pendant lesquelles il aurait pratiqué de façon intensive le jersey. Alors réjouissons-nous, les tricoteuses, qui avançons vers le génie à chaque jeté de fil sur l'aiguille.

Donc, disais-je, nos minous aiment tricoter, pendant que nous, nous papotons :
cht2

Ils ont des écoles bien à eux,
cht4

et tricotent tellement qu'il leur arrive de s'endormir à la tâche :
cht3 cht5

On peut même supposer que si beaucoup de blogueuses en ont, c'est parce que ce sont eux qui tricotent ce qu'elles montrent ch_N_B_dormeursur leurs blogs...

Moi, par exemple, j'ai Gustav, le gros chat noir et blanc de 10 ans et Oscar, qui tout petit déjà, montrait un amour fou pour Bergère de France. Tous les deux bossent pour moi, je l'avoue :

Copie_de_P1010018 oscbar

Mais chez les autres ? Vont-elles avouer aussi ? Parce que je suis pas la seule à en avoir au moins un !

De gauche à droite : Fouinot qui se croit tout permis chez Kermit, Bouby qui a perdu sa queue chez Camille, Baracuda la terreur rousse (et d'autres) chez Catou,
kerm  Copie_de_gatorouq

les Toutounes qui pelotent de Dominique, les qu'on ne compte plus chez Christine, Agathe et Sidonie de Florence,
catgachriagsid

et les espiègles de Ma Dalton (en costume rayé !), et ceux d'Isabelle ... et tous ceux que j'oublie, pardonnez-moi.
Cat123Cat207Cht18
(J'ai mis deux liens pour des gifs animés de chats en bas dans la colonne de droite)

M'enfin, ces chats, on les aime, même s'ils sont envahissants, et à tel point qu'il y a un risque pour eux !
cht6 Copie_de_cht7

Ils s'installent au sommet de nos aiguilles ou sur nos pulls (Cotton cats de Sacha Kagan au milieu, et à droite, le sweater avec un motif de chats dans Norsk Strikkedesign) :
ch8 File0001 nors

Et si vous voulez voir une très belle réalisation de ce dernier pull en cours, c'est par ici.

Ils font la une des magazines, on leur consacre des bouquins,
cht10 cht152

on leur tricote des habits, ou des jouets remplis d'herbe à chat -catnip en anglais- (patrons de souris à télécharger chez Wendy),
cht12 cht13

on LES tricote ici, ici ou encore (tiens, Sylvie, c'est pour toi !), on les crochette chez Millaine (voir le post du 15 février sur l'amigurumineko, la grille étant ici), sans compter ceux qu'on fait en tissu (voir aux dates du 20 novembre et des 13 et 21 juin).

Je vous dis, on finit par les voir partout ces minous !
P3300001

Oscar vous dit tout sur les Fair isle !

Il les aime,
osc3

comme celle qui habite chez lui, et il va d'ailleurs vous révéler ses petits trucs.

Oui, Triskell (en cours) est bien une petite création : envie d'utiliser des motifs un peu celtiques sur les bords, des couleurs naturelles (la colonne de gauche du nuancier de Spindrift de Jamieson's of Shetland, ou la Shetland 2000 de Jamieson & Smith), relevées par une pointe de rouge (vif) et de vert.

P3300008

Comment elle fait quand elle créé : elle choisit les motifs et détermine l'attribution des couleurs. Pour les côtes, en général, c'est du 2/2 ; elle ne fait pas trop de rangs, car ces côtes ne resserrent pas du tout (effet du jacquard) et roulent en plus. Elle décide de mettre les couleurs majoritaires du tricot.

Ensuite, elle prépare sa grille : l'important pour ses yeux est de voir QUAND changer de couleur. Donc elle a décidé depuis longtemps de ne jamais utiliser les grilles des modèles, absolument illisibles -en tout cas pour elle-, et de redessiner ses propres grilles avec 2 couleurs pour le fond et 2 pour le motif, en Illustrator - mais c'est possible en Excel. Dans deux colonnes à droite, elle inscrit le nom des coloris, juste en face de la bande de couleur qui leur correspond :

file23 File0001

Elle note le nombre de mailles nécessaires à la répétition de chacun de motifs ; comme elle tricote en rond, pour que les motifs ne soient pas coupés, il faut que le nombre de mailles pour le corps soit multiple de chacun de ces nombres. Sinon, elle ajuste sous les bras, ou modifie un des motifs. Connaissant son échantillon moyen (après 7 Fair isle, elle le connaît), sachant la taille qu'elle veut faire, elle sait le nombre approximatif de cm donc de mailles. Plus une si c'est un cardigan, pour la symétrie.

Copie__2__de_cvElle enlève entre 8 à 10 % de mailles pour faire ses côtes, mais ajuste le nombre pour avoir un multiple de 4 (pull) ou un multiple de 4 + 2 m (cardigan).

Elle fait les côtes et le pull en N° 3 (pas de 2,75 ni 3,25, elle n'en a pas et n'en veut pas).

Elle n'emballe pas ses pelotes, elle se contente de leur laisser leur étiquette sur l'extérieur, coincée par quelques tours de fil pour laisser libre le fil intérieur.Copd

Elle essaie de ne pas se tromper et à environ 7 cm de haut, elle vérifie que la largeur est la bonne (ou approximative, ses Fair isle, c'est tout approximatif avec elle). Surtout, elle remesure le nombre de rangs pour 10 cm et détermine à ce moment-là où les épaules se situeront pour tomber à la fin ou au centre d'un motif. A partir de là, elle détermine également où commenceront les emmanchures et l'encolure (les steeks).

Après, ce ne sont que petits calculs pour les diminutions. Elle creuse légèrement les emmanchures pour que l'emmanchure n'arrive pas au coude et pour que les poignets ne couvrent pas la main.

Pour les manches, elle détermine la longueur en fonction de la largeur du tricot : ce qui compte, c'est l'envergure. elle prend un mètre ruban, le pose sur le tricot en partant des côtes et note le rang correspondant à la longueur de la manche. Elle arrondit pour tomber au dessus ou au centre d'un motif, ce qui lui donne la couleur de fil à utiliser pour remonter les mailles. Et hop, c'est parti, après quelques petits calculs pour dessiner la pente grâce aux diminutions.

Et quand c'est fini, elle est contente. Et surtout, elle NOTE TOUT de A à Z pour pouvoir refaire le même pull si elle a envie (ou pour voir où il faut corriger si quelque chose ne va pas).

Alors, avec toutes ces infos, qui se lance dans l'aventure ?

Merci encore pour les nombreux commentaires, Oscar et moi vous souhaitons une bonne semaine.

A bientôt, vale,

Christine