jersA l'époque, l'île appartenait aux anglais qui n'avaient pas inventé le fil à couper le beurre (de Normandie), mais un point. C'est tout.

Non, c'est pas tout.

Jersey, comme les autres îles anglo-normandes, appartient au duché de Normandie. Puis en 1204, la France reprend les territoires normands aux Anglais, mais leur laisse ces îles. Depuis, les monarques britanniques portent le titre de Duc de Normandie (même s'il s'agit d'une femme) ; et pour compliquer encore la chose, ces îles ne font pas partie du Royaume-Uni ni de l'Union européenne, elles ne dépendent que du Duc de Normandie, l'actuelle reine Elisabeth II.

knroJersey était prédisposée au tricot, déjà parce qu'elle est dans la Manche (dont le nom viendrait bien de la partie éponyme d'un vêtement). On y tricote dès le XVIème siècle, et comme dans tout le Royaume, le tricot devient une activité économique importante sous l'impulsion d'une autre Elisabeth, Elisabeth 1ère. Les enfants dès l'âge de 5 ans, les hommes et les femmes, tout le monde tricote, et les commandes affluent de toute l'Europe. Il paraît qu'ils faisaient des bas à rayures, verticales ou horizontales et des gilets pour hommes. Cette activité devient plus rentable que l'agriculture, à tel point qu'en 1603, un décret menace d'emprisonnement tout tricoteur qui délaisse l'agriculture en période de récolte.

On tricote en rond bien sûr. A l'époque, comme partout, seul le tricot tubulaire est connu, et surtout, on tricote toujours à l'endroit : l'île a laissé son nom à un point de tricot, le jersey. Mais aussi à un vêtement : un jersey, en anglais, n'est qu'un tricot, un pull "en français" (pull over signifie "tirer par-dessus" - sous entendu la tête). Mais en jèrriais, la langue normande encore parlée sur l'île (et aussi au Canada suite à de nombreuses migrations), un tricot se dit "lé corset d'oeuvre" ou "lé blianchet d'oeuvre" : oeuvre le tricot ? Quel honneur ! Je vous invite à fouiller dans les pages de ce site, notamment dans la partie vocabulaire, très riche et instructive (le crapaud sur la page d'accueil fait référence au surnom donné aux habitants de l'île par leurs voisins de Guernesey).

En fait, oeuvre n'est pas une oeuvre au sens où nous voudrions l'entendre... Le mot vient simplement d'"ouvrer" qui veut dire travailler, puis tricoter, mais en 1615, on "ouvrait" bizarrement sur cette île : il semblerait que les soirées d'"ouvrage" étaient plutôt des soirées de débauche... Comme quoi, le tricot mène à tout !

1b1L'invention du métier à tricoter puis les guerres napoléoniennes ont eu raison de l'activité économique liée au tricot sur l'île de Jersey.

Dans le reste de l'Europe, le métier à tricoter modifie aussi les habitudes : le tricot va cesser de tourner en rond, car on veut copier les vêtements que l'on réalise en tissu, c'est-à-dire obtenir des formes. Les somptueuses vestes "florentines" en jacquard de soie et de fils d'or apparaissent en Italie dès le XVIIème siècle : beaucoup sont tricotées sur des métiers à tisser, mais certaines sont exécutées à la main, en aller-retour. Ces vestes sont composées de quatre morceaux assemblés ensuite par des coutures.

Mais le tissu s'est vengé et s'est mis à imiter le tricot, comme ceci :

1_P4130022

Alors j'ai fait du faux.

Batilou m'a donné envie de me remettre à la couture et j'ai fait une veste, pas florentine pour un sou, mais en chenille velours quand-même. Coupée comme ça, et surtout finie comme ça : pas d'ourlet, une ganse qu'on plie en deux autour des poignets et de la bordure, des épingles pour maintenir le tout et hop, piqûres sans faufiler. Et pas de boutonnière non plus ! Alors, sûr, en cas de vent, ça s'ouvre. Mais je mets quelque chose dessous, alors...

Et en plus, c'est très mou !
2_P4130032

4_Copie_de_P4130026 3_P4130026 wx

Ca va nettement plus vite de faire du faux que du vrai, je vous assure !

J'ai aussi fait une jupe noire en crêpe, et je vais récidiver avec ce superbe tissu couleur cuivre et marron, convoité depuis longtemps et qui vient juste d'avoir la bonne idée de se mettre en solde à 50 % ! Brillance de la viscose et velours (encore).

P4140015

Et parce que j'ai des envies de marron, je me suis aussi offert des pelotes "Mondial tissu" 50 % laine - 50 % acrylique : j'ai testé le fil, il est pas mal du tout et a du corps. Pour faire ça :

modèle de Jean Moss paru dans le Rowan N° 33
bol_

Mais je ne vais quand-même pas m'amuser à mélanger de l'intarsia et de la dentelle ! Pas folle la guêpe... Le vrai restera en photo et en fil Rowan, et moi, je ferai (encore) du faux avec une marque pas prestigieuse du tout ; j'hésite encore entre un point dentelle partout et un jacquard "normal" à fil tendu. Les points dentelle que j'ai essayés se voient mal à cause de la couleur foncée, et le jacquard est à trois couleurs par rang si je fais comme le modèle. Je sens que je vais fausser compagnie au dessin...

Mais j'ai aussi fait du vrai de vrai : Triskell est terminé.

Désolée pour les couleurs, c'est pas terrible !

trisk11

Je ne lui ai pas mis des boutons-pâquerettes, c'est un pull de garçon (6 ans) ! J'ai opté pour des boutons clairs avec un dessin qui rappelle les courbes des motifs. Les couleurs sont nettement mieux rendues ci-dessous :

bout2 bout3 Copie_de_Copie_de_P4130009

J'ai aussi réussi à convaincre mon assistant de se mettre au Fair isle, en commençant par la documentation :

"Ca sent le mouton, on dirait..."
P4140021

"Moui...bof" (dédain)
P4140019
"J'aime mieux le beef".

Passez une bonne semaine et à bientôt,

vale, Christine (et si vous souhaitez vous rendre sur l'île de Jersey, voici une belle brochure, attention, elle pèse 4,5 Mo).