Comme promis, un petit tour sur mon blog,

avant de redisparaître !

Merci pour tous vos gentils commentaires, je vous donne à la fin quelques nouvelles, mais avant, je vais parler musique, une autre de mes passions. Je précise tout de suite que je ne joue pas du clavecin, mais du piano, et que si Bach est mon auteur div46préféré aujourd'hui pour le clavier, mes goûts se portent essentiellement vers la musique pianistique classique et romantique.

Le XVIIème siècle a joué un rôle considérable dans l'histoire de la musique. A cette époque, on était musicien de père en fils, et c'est ainsi que sont nées les dynasties des Bach, Rameau et Couperin. Ce siècle voit naître de grands organistes et clavecinistes,harp l'orgue pour les églises, et le clavecin pour la Cour.

Le clavecin ? Un instrument qui donne une musique grêle et aimable, des cordes pincées qui ne peuvent soutenir un son, c'est un instrument sans puissance, à la différence du piano, aux cordes frappées, qui le détrônera. Alors on étoffe cette musiquette par des agréments et ornementations, ce qui contribue à produire des musiques délicates et pittoresques, comme les suites, qui sont en fait des suites de danses : allemandes, courantes, sarabandes et gigues se succèdent pour divertir les nobles.

1_coMais quel rapport avec le tricot ? Patience... j'y viens !

Les tricoteuses de Couperin

Monsieur François Couperin (1668-1733), dit le Grand, est un des plus grands maîtres clavecinistes de l'époque. Mais il est aussi  poète et aux suites traditionnelles, il préfère substituer des ordres, comprenant quelques petites pièces aux titres amusants.

Il écrit 27 ordres, groupés en 4 livres, dont le 23ème en fa majeur, qui réunit 5 compositions :

l'audacieuse,
les tricoteuses,
l'arlequine,
les gondoles de Delos,
les satires, chèvre-pieds.

Les tricoteuses ?  Un petit clip très rapide (allegretto tutto leggierissimo) qui dépeint le cliquetis des aiguilles et la laine qui file entre les doigts,

2_partit

mais qui se termine par des accords dissonnants et un ralentissement très marqué (molto lento) car les pauvres tricoteuses ont lâché des mailles. Et c'est écrit dans la partition !

3_mlac

Vous pouvez l'écouter en version clavecin ici, et transcrit pour le piano là.

Pour les amateurs de musique baroque retranscrite au piano, je recommende les enregistrements de l'excellent Alexandre Tharaud donc on peut entendre ici son interprétation des tricoteuses (N° 6) dans son CD Tic, Toc, Choc.

Et pour celles et ceux qui voudraient jouer cette pièce, je les oriente vers ce site de partitions gratuites, où ils pourront télécharger les Tricoteuses de Couperin (cliquer sur score -fichier pdf).

Les Tricotets de Rameau

rameauSur le pont d'Avignon, on y danse, on y danse, mais sûrement pas les Tricotets ! Cette danse ancienne, au rythme vif et gai, populaire aux XVIème et XVIIème siècles, était une des danses préférées d'Henri IV. Leur nom viendrait du fait qu'il s'agit d'une danse rapide des pieds, où les incessants mouvements des talons et des pointes évoqueraient le travail et l'agilité des tricoteuses.

Jean-Philippe Rameau (1683-1764), également grand claveciniste, compose les Nouvelles suites de pièces de clavecin en 1728, dont la suite en sol majeur qui comprend entre autre les Tricotets (rondeau) et sa célèbre poule.

Les Tricotets s'écoutent ici sous les doigts d'A. Tharaud, et la poupoule là (juste pour le fun). Et la partition ici.

5Et les Knitters dans tout ça ?

En clin d'oeil à un groupe de folk music de 1947, les Weavers, les Knitters se lancent en 1985 dans la country.

C'est un groupe "labile", qui se forme et se défait régulièrement dans le temps, au gré de leurs envies.

Leur premier enregistrement Poor little critter on the road (1985) fait écho à celui de 1999, Poor knitter on the road.

41PH

Et le pauvre knitter de chanter à la fin du disque Why don't we try anymore ? Pourquoi ... ils se trompent aussi ?

Quant à moi...

Pour la musique, ça serait La plus que lente de Debussy ! La Tortue, tu es dépassée ! Et pour la danse, ce serait la Danse lente de Duparc...

D'abord, je mène une vie d'enfer depuis le début du mois. J'ai repris une activité salariée (plein temps), mais je maintiens aussi une partie de mon activité libérale. J'ai dû pour la bonne cause faire 140 km tous les jours depuis le début, avec bouchons à Chambéry quand je pars et bouchons à Grenoble quand j'arrive (terrible Grenoble ! je me croyais sur le périph'), et rebelote le soir. En plus, je termine cette période avec une angine et un gros rhume (même pas eu cet hiver...). Et demain, je commence sur Annecy, avec aller-retours tous les jours. Et enfin, je déménage début juin. Vous savez tout !

Donc vu le peu de temps qui me reste entre ma route, mes travaux d'écriture et mes cartons, le tricot a souffert. Buena vista n'a que son dos et ses deux manches, et un devant (recommencé deux fois) qui n'a pas pris un seul rang depuis hier ! La honte je vous dis ! Bon, allez, je le montre quand-même...

P5170004 P5170010 P5170006

A ce rythme-là, il sera (peut-être) terminé pour l'automne ! Mais je ne désespère pas de reprendre un rythme plus soutenu. La preuve en image :

P5170003

Un peu de Regia (clown), un peu de 1824 Wool de Mission Falls (je voulais tester), un peu plus de Damask de Rowan (coloris Molasses mais très beau), et beaucoup de Tapestry toujours de Rowan  (coloris pot-pourri). Je me rappelle aussi que j'avais prévu un Fair isle pour cet automne (un Marina couleurs d'automne). Et je me dis qu'il va falloir moins dormir !

Il y en a un qui est heureux, lui. Déménagement ? Connais pas ! Moi, je me la coule douce à la campagne depuis 3 semaines, et si ça se trouve, je n'irai jamais à Annecy. Enfin, on verra...

dsf P5190013 Copie_de_P5190013

Tout ça pour vous dire que je clos ce blog pendant encore un mois je pense, vu ce qui m'attend... Mais je navigue toujours et lis les vôtres !

Bonne semaine et à bientôt,

vale, Christine