bird23

C'est l'hiver et les oiseaux ont besoin de nous.

Pour lutter contre le froid, le corps brûle des calories : confrontés à des nuits plus longues et surtout plus froides, les oiseaux ont des besoins énergétiques plus grands. Mais les premières gelées tuent les insectes, les graines se font sont rares dans les champs et la neige recouvre le sol : tout ceci ne leur permet pas de trouver suffisamment de nourriture. Et beaucoup meurent en hiver.

Alors loin de Master Chef ou de Un dîner presque parfait, soyons dans la vraie téléréalité et offrons-leur une petite table : graines de tournesol, graisse (boules de graisse avec des graines, barquettes de beurre allégé, gras du jambon coupé en tout petits bouts, petits morceaux de fromage ou gruyère râpé), noix (noisettes, amandes, arachides etc.) coupés en tout petits bouts, pommes et poires feront leur bonheur.

Pas de mie de pain et de riz cru : ils gonflent dans l'estomac et risquent finalement de les tuer. Pas d'aliments salés (cacahuètes d'apéritif par exemple). Et surtout, on doit aussi penser à leur donner à boire, car l'eau ou la neige dans la nature peuvent être gelés. Allez jeter un oeil sur le site oiseaux.net qui publie des fiches sur chaque espèce, de nombreuses photos toutes plus magnifiques les unes que les autres, et aussi des idées pour les nourrir. Un autre site important à visiter : la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) qui vous propose même d'être acteur dans le recensement des oiseaux dans votre région (cliquez sur Partagez vos observations à gauche).

D'habitude, je parle de chats. Eh bien ! aujourd'hui, pour changer, ce sera des oiseaux, car avec la mauvaise saison, mes visiteurs sont de plus en plus nombreux ! Je ne suis pas ornithologue, mais j'ai plaisir à regarder leur comportement planquée derrière mes rideaux. Avez-vous les mêmes ?

La famille mésange

m_sg

J'ai des charbonnières (en haut à gauche) et des bleues, ainsi que des mésanges noires (en bas à droite), un peu plus petites avec une rayure blanche sur le crâne. La huppée (en haut à droite),  je n'en ai pas, dommage car elle est très rigolote. Pas de nonette ni de longue-queue non plus. Avec un peu de patience, la mésange charbonnière vient manger dans votre main. Si vous l'habituez bien et continuez de la nourrir, elle viendra chez vous pour s'alimenter pendant la couvaison, et vous amènera ses petits quand ils seront sortis du nid... qui viendront aussi manger dans la main.

Les mésanges aiment le tournesol, mais lui préfèrent nettement mes noix. Gymnastes confirmées, elles s'accrochent aux boules de graisse mais elles aiment bien aussi manger dans le plat quand il s'agit de beurre (je leur mets une barquette de Fleurier DOUX).

Les verdiers d'Europe

chlor2 chlo

Il a suffi de quelques jours pour que je les voie débarquer. En bande et de plus en plus nombreux. Ils adorent les graines de tournesol, ben tiens, ça tombe bien, j'en mets ! Contrairement aux mésanges qui se servent et vont manger ailleurs, eux, ils s'installent dans les plats et mangent sur place ; ils sont assez agressifs, et se prennent le bec entre eux dès qu'ils sont 3 ou 4 à convoiter la même mangeoire. Le verdier est vert (si !), son bec est assez gros et il a du jaune vif le long de l'aile (photo de droite). Aujourd'hui, ma colonie doit bien compter 25 individus !

Le chardonneret élégant

Arrivés dans la foulée, je ne les connaissais pas ! Mais on ne peut pas les manquer : tête rouge, petits pois blancs sur les ailes et la queue et rayure jaune citron sur le bord de l'aile. Elégant je vous dis !

chardonn ch

Eux, c'est aussi en bande qu'il viennent. Ils aiment les graines de tournesol (encore !) et comme les verdiers, s'installent dans les mangeoires et mangent sur place. Mais ce sont de gros gaspilleurs et de gros cochons : au lieu de se contenter de décortiquer leur graine, ils mettent des coups de bec à droite, à gauche, font sauter 15 graines avant d'en prendre une ! Les oiseaux, c'est bien, mais le ménage derrière, c'est une horreur ! Les chardonnerets sont très agressifs : entre eux et vis-à-vis des autres espèces. Pour montrer qu'ils ne sont pas contents et surtout pas tolérants, ils émettent un "cricricri" très particulier, j'ai l'impression d'entendre les cigales de la pub du Petit Marseillais !

Le gros-bec casse-noyaux

Lui, je l'ai vu 3 fois seulement sur ma fenêtre. Seul. L'air mauvais. Enorme. Lui aussi, c'est les pieds dans la mangeoire et j'y reste. Est-ce dû à sa taille ? Ni les verdiers, ni les chardonnerets ne cherchaient à le chasser !

grbc

Avec un chardonneret pour voir combien il est gros !

grbcel

Les pinsons

Ils arrivent en bande dès qu'ils fait très froid, et restent au sol en général pour manger, récupérant ce qui tombe des mangeoires. Mais j'en ai un, un pinson du Nord,effronté, qui vient sur la fenêtre pour déjeuner, et que les verdiers ni les chardonnerets ne chassent.

bloggif_511d21c0e4904

Le pinson des arbres, à gauche, est rose (intense chez le mâle), sur la poitrine et le ventre, et arbore une calotte gris-bleu sur la tête. Le pinson du Nord, à droite, est orange, mais seule la poitrine est colorée,  le ventre reste blanc ; la tête et le dos sont noirs et ses couleurs sont beaucoup plus contrastées que celles de son cousin.

Les moineaux

Ceux-là sont partout, et bouffent tout ! Deux espèces se sont invitées chez moi, le moineau domestique marron foncé avec une tête presque noire, et le friquet avec sa tête marron clair et sa petite virgule noire sur la joue.

moin

Le rouge-gorge familier

Timide, avec un oeil rond et son petit ventre rouge bien bombé, il plaît à tout le monde. Lui mange plutôt par terre et picore, mais je l'ai vu sur ma fenêtre aussi. Les petits bouts de noix, de viande et de gras de jambon, il adore ! sans oublier le gruyère râpé.

bloggif_511d278e2f878

Le tarin des aulnes

Alors lui, il est arrivé il y a deux jours, tout seul. Enfin, toute seule d'après ses couleurs. D'après ce que j'ai lu, il vit en groupe ? Aïe ! aïe ! aïe ! qu'est-ce qui m'attend dans les jours qui viennent ?

tar

Un peu plus petit, jaune-vert, avec une barre alaire jaune. La femelle est moins colorée, et présente plus de rayures sur le corps.

Et enfin, l'oiseau rare ! un canard mandarin

Eh ! oui, j'ai ça chez moi !

Mand4

Beau, coloré, somptueux, rigolo, un vrai poème !

Cet oiseau est la plus belle espèce de canard ; originaire d'Asie du Sud-Est, il vit en couple toute sa vie et c'est un symbole de fidélité conjugale en Chine et au Japon. Quelques individus en captivité en France se sont échappés, ce qui explique qu'on trouve quelques colonies dans notre pays. Chez nous, cette espèce bénéficie d'une protection totale (animal, oeufs, nid et environnement) sur tout le territoire. Mais c'est aussi une espèce protégée dans les pays asiatiques, car en voie de disparition suite à la dégradation de leur habitat. A tel point qu'en Chine, en avril 2012, un individu a écoppé de 5 ans de prison ferme pour avoir attrapé 14 canards mandarins et essayé de les vendre au marché !

Je l'ai trouvé dans mon stock de laine. Etonnant, non ?

Kureyon_sock_1___Copie Mand1

Mon canard a perdu quelques plumes dans mon jardin, mais je me suis empressée de les assembler avec mes aiguilles.

bloggy___Copie

Voici donc Ducky Luke, mon canard alone in the night très noire de l'Alpaca de Drops, avec ses plumes bariolées en Kureyon Sock de Noro.

not4I’m a poor lonesome duckboy
I’m a long long way from home…

Allez, d'un peu plus près ?

Ducky_luke_2

Pour d'autres photos, il faudra se rendre sur ma page Ravelry.

Ducky Luke, c'est un Dreambird, modèle de Nadita Swings, sorti il y a peu et qui connaît un grand succès. Pour le moment, 273 réalisations, avec des résultats bluffants pour la plupart, grâce aux choix des couleurs et des fils. Si vous avez le temps, allez regarder la galerie, il y a vraiment des choses originales et très artistiques.

Alors ? ce patron ? C'est en point mousse (mais on peut faire le fond en jersey), un travail de rangs raccourcis, mais à la méthode allemande : on n'entoure pas la maille suivante avant de tourner, on tire sur le fil pour que la maille se déforme avant de tourner. Ca va beaucoup plus vite que les wrap and turn que je pratiquais jusque-là ! Pour avoir une idée, cherchez sur Youtube German short rows ; bien sûr, c'est en anglais, mais les images permettent de bien comprendre. Il doit sûrement y en avoir en allemand, mais là, je ne pratique pas !

On tricote d'abord la plume, puis on reprend le fil du fond et là, on remplit les espaces laissés par les rangs raccourcis : d'abord au-dessus de la pointe de la plume, ensuite vers le cou, puis de nouveau au-dessus de la plume, et on recommence tout pour faire la plume suivante. Pas difficile, la première plume demande juste un peu d'attention pour bien comprendre le travail.

L'auteur recommande deux fils différents en texture voire en grosseur : le fond en poilu (kid mohair par exemple, 250 m/25 g) et la plume en ce que vous voulez, le fil pour la plume peut être plus gros que celui du fond mais pas l'inverse. A mon avis, les plus beaux résultats pour les plumes sont obtenus avec des fils qui changent de couleur sur de grandes longueurs. Pour les quantités, cela dépend des fils et de la taille du châle ; j'ai fait un châle de 22 plumes, utilisé une pelote de Kureyon sock en entier (420 m) et 3,3 pelotes d'alpaga (550 m).

J'ai eu la chance de pouvoir traduire ce patron, il y a un KAL en ce moment (même en français) et il bénéficie d'un prix spécial jusqu'à fin février. Alors si le coeur vous en dit... Je vous recommande toutefois d'utiliser des marqueurs et pas des épingles comme l'indique le modèle, et éventuellement de travailler sur des aiguilles droites de 40 cm plutôt qu'une circulaire.

Pour terminer, un petit clin d'oeil pour la Saint Valentin avec le petit bonnet coeur de Madame Zimmermann, Elizabeth de son prénom. Ci-dessous, un prototype pour bébé, un peu raté en ce qui concerne la profondeur, mais ceux qui viennent seront mieux réussis.

P2130004 P2130003

Les autres tricots, ce sera pour la prochaine fois, les oiseaux ont pris beaucoup de place !

A bientôt, vale,

Christine

Edit du 15 pour répondre à la question du choix du beurre allégé. Pas très logique de donner moins de graisse aux oiseaux alors que je veux leur en apporter justement... Je ne connais pas la biologie chez les oiseaux, mais je me doute qu'il y a des similitudes avec nous.

On distingue 3 types de matières grasses (c'est de la chimie) : les saturées qui augmentent le taux de cholestérol, le "mauvais", que l'on trouve surtout dans les graisses animales sauf le poisson (le beurre, 82 % de matière grasse en contient plus de 60 %, c'est pourquoi on le regarde d'un mauvais oeil), mais aussi en grande quantité dans la fameuse huile de palme (50 % des corps gras) ; les mono- et polyinsaturées, ce sont les fameux omega 3, 6 et 9, protecteurs du système cardiovasculaire et immunitaire et présents dans les matières grasses végétales et les poissons gras ; enfin, les hydrogénées soit complètement soit partiellement (acides gras trans), qui sont d'origine industrielle, et qui ont un effet délétère sur le système cardiovasculaire.

Aujourd'hui, il y a une grosse polémique autour de ces acides gras hydrogénés créés par l'industrie agro-alimentaire ou bien des saturés dont le taux est important dans l'huile de palme et de coprah, car il y a un risque sanitaire important. Si les industriels préfèrent ces matières grasses, c'est qu'à cause de leurs propriétés chimiques, elles ne rancissent pas ou peu, et sont plutôt solides à température ambiante ce qui leur donne plus d'intérêt en matière de texture.

Pour en revenir à mes oiseaux, loin de la polémique sur l'huile de palme, je ne cherche pas à les mettre au régime, mais simplement à protéger leur système cardiovasculaire en leur fournissant un produit (Fleurier DOUX) qui contient surtout des huiles végétales (39 %) et seulement 15,5 % de beurre, moins de 26 % d'acides gras saturés au lieu de 63 % dans le beurre, moins de 1 % d'acides gras trans et SANS huile hydrogénée.