Mon concours n'a pas attiré les foules, et c'est un euphémisme ! A croire que les quelque 600 personnes passées sur ce dernier post ont été rebutées par la photo de l'animal à rayures ! Je tâcherai de faire mieux la prochaine fois et de choisir quelqu'un de plus sympathique.

C'est bien sûr Kajin qui va hériter de l'écheveau bleu et vert, déjà parti rencontrer ses aiguilles. Si ses aiguillles vont aussi vite que sa souris, je vais être doublement impressionnée ! Bravo Kajin !

Ce serpent marin qui fait partie des 14 espèces que l'on trouve en Nouvelle-Calédonie s'appelle bien un "tricot rayé", en souvenir des camisoles des bagnards que la France envoyait sur cette île, dès 1864 (Louise Michel en fit partie) ; le bagne néo-calédonien a fermé en 1922. Ce sont mes petites nièces, parties là-bas pour deux ans, qui m'ont fait connaître le tricot rayé : parmi les photos de rêve qui vous donnent envie de partir tout de suite, celle que j'ai postée a très vite refroidi mes ardeurs de touriste. Je suis évidemment ignare en serpents, mais son nom m'ayant "interpelée" comme on dit aujourd'hui, j'ai cherché quelques informations sur cette bestiole ! Il mesure entre 70 cm et 1,50 m, ses rayures sont dans 80% des cas noires et jaunes (ça me rappelle quelques-uns !), et plus rarement bleues et noires (donc il y a du choix, pour répondre à la question de "Petit sapin"). Il paraît qu'il est mortel mais non agressif. Et qu'en plus sa gueule est trop petite pour pouvoir mordre ailleurs qu'entre les doigts… Mais c'est décidé, je n'en ferai pas un ami pour autant. Des choses plus réjouissantes sur ce pays si loin de notre "Zoreillie", comme le dictionnaire et les recettes, ou encore des BD pour Nelly, se trouvent .

Le Fair isle a tranquillement avancé ces derniers jours, j'arrive aux steeks d'emmanchures et de l'encolure. Malgré les effets désastreux du flash sur les couleurs (mais aujourd'hui, je n'avais guère le choix, je suis sous la pluie et une grisaille de mauvais augure), on voit bien les rayures du fond, les bandes plus exactement, une marron et une grise, la rayure bleue centrale et les petits pois blancs qui illuminent les 4 pointes du motif. Malheureusement, je ne vois que cette rayure grise dans les côtes, cela tourne à l'obsession !

Autres rayures à envisager très bientôt pour ce châle que je veux faire depuis longtemps. Rien de comparable avec les magnifiques dentelles que je vois fleurir ici ou là depuis quelque temps, mais il doit juste servir à couvrir des épaules tout en laissant libres des mains qui travaillent à du patchwork. Je cherchais un modèle de pèlerine en fait, impossible à trouver (aurais-je mal cherché ?). Là, il s'agit d'un rectangle twisté, réalisé en point de blé. J'ai commandé de la Tweed coloris perroquet, et me suis rappelée de l'existence de quelques pelotes de mohair et soie au fond d'un placard ("amazone" le nom du coloris, ça va bien avec le perroquet, non ?) dont le fil tricoté en même temps donnait un peu plus de gonflant et de légèreté.

J'en avais même tricoté quelque 15 cm il y a deux mois en attendant que ma ferme des sapins essaie de retrouver quelques pelotes remisées au fond d'un autre placard que le mien (j'avais acheté ce coloris il y a 5 ans !). Pas de chance, même au fond des placards, ils n'en avaient plus. Et moi, je n'en ai pas assez. J'ai donc décidé de faire des rayures 1/1, tout en gardant le point (qui doit être un point réversible). Maintenant, je me demande si c'est bien raisonnable d'envisager ça pour Noël, il y a déjà le Fair Isle à terminer et un autre petit pull deux ans à faire. Et j'ai mal aux poignets pour ne rien arranger ! J'ai comme l'impression que je vais m'enduire d'anti-inflammatoire (non, je ne citerai pas les noms !).

La bande autour du poignet ? Ca me rappelle une histoire d'allergie… Je devais faire un énorme travail de rédaction (à la main, pas d'ordinateur  à l'époque), environ 8/10 heures d'écriture par jour. Evidemment, ça n'a pas raté, tendinite ! Et je devais finir ce travail pour lequel je m'étais engagée sur une date de livraison : je vais chez un confrère qui me propose une bande auto-adhésive (c'était mon poignet droit, je suis droitière et n'avais personne pour m'enrubanner mes bouts d'os), "en plus, elle est anti-allergique". Argument de poids... surtout pour moi qui n'ai pas de terrain allergique. Et qui c'est qui a fait une réaction (la première de sa vie) à la colle ? J'ai donc eu un poignet à rayures, avec une tendinite plus une inflammation cutanée plus une réaction immunologique, le tiercé gagnant quoi !

Le Féroé, mon petit breton rayé, a déjà une manche.

J'ai pris l'habitude quand je fais un norvégien, de laisser la manche sur aiguille, non terminée, c'est-à-dire avant les quelques rangs de jersey envers. Je commence le corps, et après une bonne hauteur, mesure le tour obtenu ; j'adapte la hauteur de la manche en fonction, pour obtenir l'envergure voulue au départ. Si le haut de la manche comporte un galon, un motif jacquard, je laisse en suspens avant ce motif. C'est un truc à moi, car j'ai souvent des surprises avec mes résultats qui ne sont pas conformes à mon échantillon, et comme en rond on est pris au piège… J'ai souvent remarqué par exemple que je tricotais plus serré pour les manches que pour le corps. Je suis incapable d'avoir un échantillon identique pour toutes les parties d'un tricot, mais en rond seulement ; sur deux aiguilles, je n'ai pas ce problème.

Le corps a donc démarré, les couleurs sont également abominables, pardon d'offusquer tous les yeux qui passent par là (les couleurs réelles, en tout cas sur mon écran, sont celles sur la photo de la manche).

Des rayures aussi pour lui : "non, tu ne l'auras pas, approche si tu oses !"

C'est qu'il mordrait !

Les îles Féroé ou îles aux moutons

C'est un archipel danois constitué de 17 ou 18 îles, c'est selon… dont la principale est Streymoy avec la capitale Tórshavn ; 46 000 habitants seulement, qui parlent deux langues officielles, le danois et le féroïen, (ou féringien), langue scandinave, donc d'origine germanique, mais difficile à comprendre pour les autres scandinaves car très particulière. Le drapeau reprend la croix scandinave et les couleurs norvégienne et islandaise.

"Føroyar" en féroïen, a pour étymologie "får", "mouton" en danois et norvégien, et les anciennes armes de ces îles représentent un bélier. Ces îles auraient été connues dès le VIème siècle par des moines irlandais, puis par des écossais, mais furent très vite abandonnées dès le début des raids des vikings (IXème siècle). Le mouton aurait été importé par les irlandais, mais les troupeaux ont été décimés au XVIIIème siècle et les moutons Shetland ont remplacé depuis les espèces disparues. Il existe d'autres îles aux moutons dans le monde…

Ces îles représentent des sites idéaux pour la reproduction des oiseaux, et notamment le Macareux moine (Fratercula artica, Atlantic puffin en anglais) dont j'adore la bouille !

J'avais mis de côté un site ornithologique où l'on pouvait voir et surtout entendre de nombreuses espèces nichant sur les îles Féroé, mais pas de chance encore, il marchait il y a quelques jours, pas ce soir. J'ai mis le lien quand-même, si jamais ce n'était qu'un problème de serveur ?

PS  : je voudrais juste préciser que je ne suis pas une encyclopédie, et que je note ici ce que mes recherches m'ont fait trouver. S'il y a des erreurs, je serai ravie de les corriger selon les informations qu'on m'adressera.

Brèves

* Une petite touche de neige, c'est de saison, non ? 

Le château ducal de Chambéry n'a pas trop changé depuis cette gravure avec devant, l'escalier aujourd'hui surmonté de la statue des frères de Maistre, et à droite la Sainte Chapelle qui héberge le Grand Carillon, un des plus grands carillons d'Europe avec ses 70 cloches qui nous gratifie de deux concerts tous les samedis. Pour être imbattable sur les carillons, aller ici et pour écouter celui de Chambéry, aller (descendre presqu'en bas de la page).

* Vous êtes allergique aux poils de chat ? Réjouissons-nous, enfin, le chat transgénique arrive, qui a perdu le gène qui fait pleurer et fleurir la peau ! Oui, ça vient (encore) des Etats-Unis ! Oui, c'est cher, 3 500 USD (mais en ce moment, c'est bon pour nous). Oui, il faut faire la queue, car les matous génétiquement modifiés ne débarqueront pas avant 2007 !

* Dans la rubrique "univers du chat", chat et langues.

Bonne semaine, Christine

Coming next : le tricot dans les îles Féroé